x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

édito 


       

Déclaration de la majorité du Comité d’entreprise (cfdt,cfe-cgc,unsa)
concernant les faits de violences subis par les salarié-e-s

Des évènements récents portant atteinte à l’intégrité psychique et maintenant physique des salariés GDT par certain client , nous amène à demander à la direction de l’entreprise plus de vigilance, de prévention et d’engagement.

Les salariés ne devraient jamais être exposés à quelque forme de violence que ce soit. Nos métiers de la vente ne doivent pas devenir des métiers à risques.

La prévention doit être le maître mot de notre organisation commerciale particulièrement pour les personnes en contact direct avec la clientèle.

La présence effective d’agents de sécurité est relativement fréquente dans un certain nombre de boutiques Orange Maison mère. La Générale de Téléphone devrait pérenniser cette présence qui était visiblement jugée nécessaire et non l’abandonner comme elle le fait à chaque reprise de boutique ou d’agence Orange Maison mère. C’est pourquoi nous demandons la présence d’un agent de sécurité à chaque fois qu’elle existait.  

L’entreprise par ses dirigeants doivent pouvoir remettre en cause certains raisonnements stratégiques d’implantation de magasin avant une reprise ou une implantation de nouveau magasin. Une étude d’environnement commercial et de chalandise doit être réalisée et partagée avec les instances représentatives du personnel.

La présence de notre activité commerciale dans les zones dites sensibles est à réfléchir en concertation avec les IRP. Si Orange maison mère se désengage d’un site pouvant être sensible les salariés GDT ne sauraient être là pour être des substituts à l’agressivité d’une certaine partie de la clientèle.

La vie d’un salarié GDT ne doit pas être un enjeu pour satisfaire des politiques. Si à l’avance il est connu que la zone de chalandise est très à risque, l’entreprise doit abandonner toute idée de présence commerciale.

La formation nécessaire face aux comportements agressifs et violents ne doit pas être qu’une finalité et ne saurait désengager l’entreprise dans son obligation de vigilance et préservation de l’intégrité physique et psychique de ses salariés.

Nous demandons que des modules de formation du personnel pour faire face aux réactions les plus violentes de la clientèle soient intégrés immédiatement à la formation des salariés des magasins sur l’ensemble du territoire national.

Au plus haut niveau de l’entreprise et particulièrement la direction des magasins doit être à l’écoute des magasins qui auraient à subir tout début de phénomène violent. En conséquence nous voulons que toute menace de violence subies par les salarié-e-s doit être signalée par des déclaratifs informatiques aussi bien en interne vers la direction des magasins qu’en externe vers les services de police. Cette méthodologie nouvelle doit être définie le plus rapidement possible.

Cette résolution a été votée par 10 Membres lors de la réunion du CE du 18 avril 2019

  

Actualités du CE


Nouveauté !!! 

 le service social pour tous    

En savoir +

Les offres du ce


Tout savoir sur les règles d'attribution

En savoir +